Immigrant song – des artistes en campagne – festival Savins – 2016

immigrant song une pièce de no land-art par Zabbalin

Dans le cadre du festival de land art de Savins, http://www.desartistesencampagne.fr, nous avions réalisé une installation de no-land art inspirée par l’actualité et les hôtels à insecte.
Aujourd’hui, le village voisin de Bray sur Seine accueille des déplacés – migrants ou réfugiés dans les médias. Nous saluons cette initiative et son courage en publiant ici le texte qui accompagnait cette réalisation. Il trouve dans cette décision d’accueillir un écho qui nous réchauffe le cœur et renforce notre foi en l’humanité.


IMMIGRANT SONG une pièce de no-land art.

La violence portée aux écosystèmes marque notre époque.

La mémoire se noie dans un  flot d’image. L’océan avale la source et nous inonde. La montée des eaux, le déluge. Il faut des abris.
Les marées de l’oubli constamment renouvelées, il en faudra d’autres.

Peu importe que je rapporte ici l’histoire d’un jeune afghan ou d’une abeille ouvrière. Nous sommes nous aussi, les réfugiés de cet insoutenable ordinaire.

Il faut des lieux. Des lieux qui ne soient pas des stèles, qui ne soient pas d’esthètes, des lieux libres. Peut-être analphabètes.

Il faut respecter ce que l’on ignore.
Être ignoré des hommes, peut-on imaginer plus grand gage de liberté ?

Il ne s’agit plus de pleurer ou de rallier. Maintenant, c’est de vivre dont il s’agit.
Il faut des lieux de vie. Des lieux pour l’esprit.

3 réflexions sur « Immigrant song – des artistes en campagne – festival Savins – 2016 »

    1. Bien entendu, Alain et il n’est pas nécessaire de me demander l’autorisation. Pioche autant que tu le souhaites dans tout ce que je peux publier.
      J’en profite pour souligner l’importance de ton travail. Je suis un peu loin en ce moment et sans tes efforts j’aurais tout ignoré de cette actualité. L’information n’a pas d’échelle, elle n’est ni grande ni petite, ni locale ni éloignée. Avec des petites mains, comme les tiennes, elle est.

Laisser un commentaire