au dessus de ton jardin – teaser

Parfois, ce que tu penses être raté est réussi. Question d’inclinaison.
Les herbes ont grandi. Nous avons compris quelque-chose.
Nous ne pouvons pas vous demander d’abolir les frontières, de marcher sur les cartes, si nous ne le faisons pas.
Notre tout premier film s’appelait « Je suis né d’un brocolis ». Nous ne l’avons jamais rendu public. Il avait, à notre sens, un gros défaut : nous montrer. Si l’insurrection vient, alors il est temps. Temps de se démontrer, de s’énoncer.
Nous voilà de retour aux sources, à l’ancienne. À compter les fleurs, les heures. À se promettre de ne pas parler au delà de la longueur du bras. La caméra comme sparring-partner. La gratte et le cambouis. La parole. Sans les trop ou les pas assez. Le feu dans les mains, retoucher terre.
Nous sommes un de plus et il y a dans cette addition la raison de notre choix.
La révolution, c’est une rotation à 360°. Revoilà les côtes, la boucle est bouclée.
Tant pis pour l’image, la vulgarité, le contrôle. La croissance, ce n’est pas de croître sans le sens. Il y va du développement de soi et nos appétits ignorent la décroissance.
Voilà, nous en sommes là.
Nous ne bougerons plus.
On reprend les échelles.
Les nombres ont suffi.
Tendez l’oreille. Les mots en seront ou n’en seront pas.
Trouvez les poings entre les lignes. Tirez le fil, vous aurez le dessein.
Bienvenue aux interstices. Attention, ici ça glisse. C’est la saltimbanquise.

Laisser un commentaire